FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups bladi.Algéria1962 
bladi.Algéria1962 Forum Index
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 
 RegisterRegister 
 
http://img.xooimage.com/files3/b/d/9/livres-d-or-20-12--155c29.gif

Livre d'Or

 Bienvenue 
 
Une virée très instructive et agréable à vivre

 
Post new topic   Reply to topic    bladi.Algéria1962 Forum Index -> Le coin des débats -> notre quotidien/notre humeur

fakhfakh Reply with quote


Offline

Joined: 17 Mar 2009
Posts: 7,953
Localisation: skikda
FĂ©minin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 25,798
Moyenne de points: 3.24

PostPosted: Thu 24 Oct - 13:30 (2013)    Post subject: Une virée très instructive et agréable à vivre
 
Société
Voyage en Turquie

Une virée très instructive et agréable à vivre

Publié le 24-10-2013

Lorsque l’avion de la Turkish Airlines avait pris son envol de l’aéroport international Houari Boumediène, j’avais ressenti un petit pincement au cœur à l’idée que j’étais en train de me séparer de mon pays natal et surtout de mes parents, à Annaba. Cependant le bonheur que j’éprouvais par la suite en pensant que j’allais visiter ce pays tant cité par des amies et des connaissances, dépassait en ces moments intenses d’émotion le sentiment que j’éprouvais au moment du départ.

Dès que l’avion avait pris sa vitesse de croisière, la sollicitude des hôtesses et des stewards se faisait sentir. Leur présence pour vous expliquer le fonctionnement des visionneuses individuelles, le port du casque d’écoute, les encas, boissons et autres repas, étaient remarquable et vous marquait à vie. Après 3 heures et demi de vol, on atterrit à Istanbul, étonnés de constater qu’on avait perdu deux heures sur le temps universel. Le décalage horaire se faisait déjà sentir et on devait régler nos montres en les avançant de deux bonnes heures. Un autocar nous attendait pour nous transporter jusqu’à la ville côtière de Kumburgaz, point de chute où se trouve un luxueux hôtel « L’Artémis Princess » qui affiche 5 étoiles, lieu de notre hébergement durant une partie du séjour. Il était exactement minuit trente à notre arrivée dans cette ville distante de la capitale de 60 kilomètres. Les formalités de douane et de police vous font penser à un passage d’une wilaya à une autre en Algérie. A part les bagages soumis à un examen au scanner et à l’estampillage du passeport, il n’y avait ni des questions indiscrètes sur le motif du voyage ni une fouille qui retarderait notre sortie de l’aéroport. Le lendemain, à notre réveil et après avoir dégusté un petit déjeuner préparé à la turque, c’est la plage et les piscines qui nous tendent les bras.

Commencent alors les vacances. Le seul handicap qu’on ressentait et qui est très gênant est qu’aucun employé de l’hôtel ne parle une autre langue que le turc. D’où ce manque de communication avec les autochtones. J’essayais de dénicher quelques Algériens mais je n’étais entourée que de compagnes de voyage.

J’avais appris par la suite que l’enseignement dispensé en Turquie était tellement cher que c’était un luxe que d’envoyer ses enfants dans un établissement scolaire. Ce n’est qu’avec l’avènement d’Endorgan que la scolarité est devenue gratuite ainsi que les fournitures y afférent. Les élèves par ailleurs n’ont plus besoin de stylos car chacun a été doté d’une tablette.

Un exemple à suivre si on veut former une génération de technocrates. Etant libres de nos mouvements, nous avions le loisir de sillonner les rues d’Istanbul. Je cherchais en vain quelque « harraga », comme je l’avais vu en suivant une chaîne de TV algérienne. Il semble qu’ils soient installés quelque part ailleurs.

Ce qui avait également attiré ma curiosité est cette discipline du peuple turc. La propreté est assurée, car les éboueurs passent quatre fois par jour afin de récupérer toutes les ordures. D’autre part, les piétons sont très respectueux des feux de signalisation. Ils ne traverseront jamais une rue même si elle est vide de tout véhicule et attendent sagement le feu rouge pour le faire. De plus, un taximan nous apprend que les policiers ont droit à 10% sur chaque contravention dressée, d’où un intéressement de ces derniers au respect des règles de conduite.

Mais le plus intéressant pour nous autres Algériens a été de constater cette grande tolérance manifestée par les musulmans turcs qui sont majoritaires à 95% dans le pays. Des groupes de jeunes des deux sexes installés sur le parvis de la célèbre Mosquée Bleue, appelée également Sainte Sophie, portaient en effet des banderoles et des drapeaux afin de démontrer leur soutien aux causes palestiniennes, égyptiennes et surtout syriennes. L’entrée à l’intérieur de la mosquée est permise à toutes les confessions. Des femmes turques ou étrangères, portant short et liquettes dans la rue, mettaient d’amples hidjebs qui se trouvent à leur disposition dans une aile à l’entrée de la mosquée pour prier ou simplement effectuer une visite. Après l’accomplissement de leur devoir religieux, elles reprenaient leurs tenues d’été sans aucun complexe. Nous n’avons pas par ailleurs remarqué un sectarisme entre les hommes et les femmes. Cela nous éloignait des feuilletons sophistiqués qu’on suivait sur les chaînes satellitaires.


Cependant le plus captivant a été de visiter le palais « Topkapi » où sont gardées des reliques du Prophète Mohammed ( QSSSL) , ainsi que les sabres de Abu Bakr Essedik, Omar Ibn El Khettab et Ali Ibn Abi Taleb. Il y a là également la « Juba » de Fatima, la fille de notre Prophète et la Aâbaya de Hocine. Le célèbre bâton du prophète Moussa (Moïse) s’y trouvent exposés. Notons aussi le bol d’Ibrahim El Khalil, le turban de Youssef (Joseph) l’épée de Daoud (David), les clés de la Kaâba, le boîtier de la Pierre Noire (El Hajr El Assoued). Le programme qu’on s’était tracé comprenait la visite du palais « Harim Esoltane » où se trouvent la couronne et les bijoux de la reine « Houyème » l’épouse du sultan Souleimane.

Mais notre joie était des plus intenses lorsqu’on avait pris le bateau pour franchir le détroit du Bosphore et passer ainsi du continent Européen à l’Asie et retour. Passant sous les deux ponts qui enjambent le Bosphore, un guide nous expliquait en arabe le parcours et nous montrait la célèbre copie du château de Versailles qui comporte au contraire de ce dernier, pas moins de 500 cabinets de toilettes, alors que celui de Louis XIV n’en comprenait aucun. Puis c’est le célèbre palais connu de toutes les Algériennes où a été tourné le feuilleton de « Mohaned et Nour ». Nous éprouvions une certaine émotion lorsque le guide nous avait montré la Kalaâ du Sultan Mohamed El Fateh qui avait introduit l’Islam en Turquie et qui l’avait bâtie en 1453, en seulement quatre mois, alors qu’il n’avait que 21 ans. La chance a fait que nous avions pu admirer « Kasr Edehcha », appelé en turc « Dolma Bahcha » où se trouve le plus grand lustre au monde, recouvert de feuilles d’or.

D’après la légende ce serait la construction de ce palais qui avait déclenché la décadence de l’empire Ottoman. Notre séjour s’est terminé par bien sûr un shopping car nous devions penser à ramener de petits souvenirs aux membres de la famille et aux amis. C’est pour cela que nous avions sillonné le Souk Bayazith, le Grand Bazar où se trouvent pas moins de 4500 magasins exerçant toutes les activités commerciales. C’était, avec un pincement du cœur, que nous avons repris l’avion en direction de notre pays mais avec la joie de retrouver ceux qu’on aime et qu’on estime.

Ounissi Manel - lestrepublicain-annaba


Back to top

Publicité






PostPosted: Thu 24 Oct - 13:30 (2013)    Post subject: Publicité
 
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Post new topic   Reply to topic    bladi.Algéria1962 Forum Index -> Le coin des débats -> notre quotidien/notre humeur
Page 1 of 1

Choose Display Order
Display posts from previous:   
User Permissions

 
Jump to:  

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Skin Created by: Sigma12
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group