FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups bladi.Algéria1962 
bladi.Algéria1962 Forum Index
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 
 RegisterRegister 
 
http://img.xooimage.com/files3/b/d/9/livres-d-or-20-12--155c29.gif

Livre d'Or

 Bienvenue 
 
Poème du jour!
Goto page: 1, 2, 3104, 105, 106  >
 
Post new topic   Reply to topic    bladi.Algéria1962 Forum Index -> Art, Histoire et Cultures -> Poésie

CHAHID Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 6,600
Point(s): 12,072
Moyenne de points: 1.83

PostPosted: Wed 18 Mar - 07:44 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
Élévation
Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !


Charles Baudelaire!

_________________
نحن قوم اعزنا الله بالاسلام فاذا ابتغينا العزة بغيره اذلنا الله


Back to top

Publicité






PostPosted: Wed 18 Mar - 07:44 (2009)    Post subject: Publicité
 
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top

el kahina Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 125
Localisation: les aures
Féminin
Point(s): 135
Moyenne de points: 1.08

PostPosted: Wed 18 Mar - 09:37 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
bonjour charmant

ya3tik essaha
_________________
elli rah ouwella ouach mene benna khalla


Back to top

fakhfakh Reply with quote


Offline

Joined: 17 Mar 2009
Posts: 7,953
Localisation: skikda
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 25,798
Moyenne de points: 3.24

PostPosted: Wed 18 Mar - 09:44 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
Bonjour, trés beau poème, merci charmant et bonne fin de journée

Back to top

sérine21 Reply with quote


Offline

Joined: 14 Mar 2009
Posts: 14,947
Localisation: ALGERIE
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 42,263
Moyenne de points: 2.83

PostPosted: Wed 18 Mar - 10:22 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
Magnifique Charmant; toujours égal à toi-même !!!
_________________


Back to top
Skype

CHAHID Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 6,600
Point(s): 12,072
Moyenne de points: 1.83

PostPosted: Thu 19 Mar - 07:12 (2009)    Post subject: A qui la faute?
 
Bonjour!

Aujourd'hui c'est Victor hugo qui est à l'honneur avec son merveilleux poème ''A qui la faute?


A qui la faute ?
Tu viens d'incendier la Bibliothèque ?

- Oui.
J'ai mis le feu là.

- Mais c'est un crime inouï !
Crime commis par toi contre toi-même, infâme !
Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme !
C'est ton propre flambeau que tu viens de souffler !
Ce que ta rage impie et folle ose brûler,
C'est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage
Le livre, hostile au maître, est à ton avantage.
Le livre a toujours pris fait et cause pour toi.
Une bibliothèque est un acte de foi
Des générations ténébreuses encore
Qui rendent dans la nuit témoignage à l'aurore.
Quoi! dans ce vénérable amas des vérités,
Dans ces chefs-d'oeuvre pleins de foudre et de clartés,
Dans ce tombeau des temps devenu répertoire,
Dans les siècles, dans l'homme antique, dans l'histoire,
Dans le passé, leçon qu'épelle l'avenir,
Dans ce qui commença pour ne jamais finir,
Dans les poètes! quoi, dans ce gouffre des bibles,
Dans le divin monceau des Eschyles terribles,
Des Homères, des jobs, debout sur l'horizon,
Dans Molière, Voltaire et Kant, dans la raison,
Tu jettes, misérable, une torche enflammée !
De tout l'esprit humain tu fais de la fumée !
As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria.
Ouvre un livre. Platon, Milton, Beccaria.
Lis ces prophètes, Dante, ou Shakespeare, ou Corneille
L'âme immense qu'ils ont en eux, en toi s'éveille ;
Ébloui, tu te sens le même homme qu'eux tous ;
Tu deviens en lisant grave, pensif et doux ;
Tu sens dans ton esprit tous ces grands hommes croître,
Ils t'enseignent ainsi que l'aube éclaire un cloître
À mesure qu'il plonge en ton coeur plus avant,
Leur chaud rayon t'apaise et te fait plus vivant ;
Ton âme interrogée est prête à leur répondre ;
Tu te reconnais bon, puis meilleur; tu sens fondre,
Comme la neige au feu, ton orgueil, tes fureurs,
Le mal, les préjugés, les rois, les empereurs !
Car la science en l'homme arrive la première.
Puis vient la liberté. Toute cette lumière,
C'est à toi comprends donc, et c'est toi qui l'éteins !
Les buts rêvés par toi sont par le livre atteints.
Le livre en ta pensée entre, il défait en elle
Les liens que l'erreur à la vérité mêle,
Car toute conscience est un noeud gordien.
Il est ton médecin, ton guide, ton gardien.
Ta haine, il la guérit ; ta démence, il te l'ôte.
Voilà ce que tu perds, hélas, et par ta faute !
Le livre est ta richesse à toi ! c'est le savoir,
Le droit, la vérité, la vertu, le devoir,
Le progrès, la raison dissipant tout délire.
Et tu détruis cela, toi !

- Je ne sais pas lire.

_________________
نحن قوم اعزنا الله بالاسلام فاذا ابتغينا العزة بغيره اذلنا الله


Back to top

AIDA Reply with quote


Offline

Joined: 18 Mar 2009
Posts: 417
Localisation: algerie
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 狗 Chien
Point(s): 489
Moyenne de points: 1.17

PostPosted: Thu 19 Mar - 08:19 (2009)    Post subject: posie
 
bonjour tout le monde
 merci monsieur charmant pour le poème là j'apprécie ce moment de lecture encore un autre s'il vous plait
bonne journée nahila 

_________________


Back to top
ICQ

CHAHID Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 6,600
Point(s): 12,072
Moyenne de points: 1.83

PostPosted: Fri 20 Mar - 22:22 (2009)    Post subject: La mouche et le coche!
 
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au soleil exposé,
Six forts chevaux tiraient un coche.
Femmes, moine, vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une mouche survient, et des chevaux s'approche,
Prétend les animer par son bourdonnement,
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
Qu'elle fait aller la machine,
S'assied sur le timon, sur le nez du cocher.
Aussitôt que le char chemine,
Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire,
Va, vient, fait l'empressée: il semble que ce soit
Un sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens et hâter la victoire.
La mouche, en ce commun besoin,
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin;
Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.
Le moine disait son bréviaire:
Il prenait bien son temps! Une femme chantait:
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait!
Dame mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail, le coche arrive au haut:
«Respirons maintenant, dit la mouche aussitôt:
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Cà, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.»

Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S'introduisent dans les affaires:
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.


Jean de la Fontaine!

_________________
نحن قوم اعزنا الله بالاسلام فاذا ابتغينا العزة بغيره اذلنا الله


Back to top

sérine21 Reply with quote


Offline

Joined: 14 Mar 2009
Posts: 14,947
Localisation: ALGERIE
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 42,263
Moyenne de points: 2.83

PostPosted: Fri 20 Mar - 22:33 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
J'adore Victor Hugo!!! LES CONTEMPLATIONS , merveilleuses
_________________


Back to top
Skype

CHAHID Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 6,600
Point(s): 12,072
Moyenne de points: 1.83

PostPosted: Sat 21 Mar - 07:40 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
Un soir que je regardais le ciel


Elle me dit, un soir, en souriant:
-- Ami, pourquoi contemplez-vous sans cesse
Le jour qui fuit, ou l'ombre qui s'abaisse,
Ou l'astre d'or qui monte à l'orient?
Que font vos yeux là-haut? je les réclame.
Quittez le ciel; regardez dans mon âme!

Dans ce vaste ciel, ombre où vous vous plaisez,
Où vos regards démesurés vont lire,
Qu'apprendrez-vous qui vaille mon sourire?
Qu'apprendras-tu qui vaille nos baisers?
Oh! de mon coeur lève les chastes voiles.
Si tu savais comme il est plein d'étoiles!

Que de soleils! vois-tu, quand nous aimons,
Tout est en nous un radieux spectacle.
Le dévouement, rayonnant sur l'obstacle,
Vaut bien Vénus qui brille sur les monts.
Le vaste azur n'est rien, je te l'atteste;
Le ciel que j'ai dans l'âme est plus céleste!

C'est beau de voir un astre s'allumer.
Le monde est plein de merveilleuses choses.
Douce est l'aurore, et douces sont les roses.
Rien n'est si doux que le charme d'aimer!
La clarté vraie est la meilleure flamme,
C'est le rayon qui va de l'âme à l'âme!

L'amour vaut mieux, au fond des antres frais,
Que ces soleils qu'on ignore et qu'on nomme.
Dieu mit, sachant ce qui convient à l'homme,
Le ciel bien loin et la femme tout près.
Il dit à ceux qui scrutent l'azur sombre:
«Vivez! aimez! le reste, c'est mon ombre!»

Aimons! c'est tout. Et Dieu le veut ainsi.
Laisse ton ciel que de froids rayons dorent!
Tu trouveras, dans deux yeux qui t'adorent,
Plus de beauté, plus de lumière aussi!
Aimer, c'est voir, sentir, rêver, comprendre.
L'esprit plus grand s'ajoute au coeur plus tendre.

Viens! bien-aimé! n'entends-tu pas toujours
Dans nos transports une harmonie étrange?
Autour de nous la nature se change
En une lyre et chante nos amours!
Viens! aimons-nous! errons sur la pelouse.
Ne songe plus au ciel! j'en suis jalouse! --

Ma bien-aimée ainsi tout bas parlait,
Avec son front posé sur sa main blanche,
Et l'oeil rêveur d'un ange qui se penche,
Et sa voix grave, et cet air qui me plaît;
Belle et tranquille, et de me voir charmée,
Ainsi tout bas parlait ma bien-aimée.

Nos coeurs battaient; l'extase m'étouffait;
Les fleurs du soir entr'ouvraient leurs corolles...
Qu'avez-vous fait, arbres, de nos paroles?
De nos soupirs, rochers, qu'avez-vous fait?
C'est un destin bien triste que le nôtre,
Puisqu'un tel jour s'envole comme un autre!

O souvenir! trésor dans l'ombre accru!
Sombre horizon des anciennes pensées!
Chère lueur des choses éclipsées!
Rayonnement du passé disparu!
Comme du seuil et du dehors d'un temple,
L'oeil de l'esprit en rêvant vous contemple!

Quand les beaux jours font place aux jours amers,
De tout bonheur il faut quitter l'idée;
Quand l'espérance est tout à fait vidée,
Laissons tomber la coupe au fond des mers.
L'oubli! l'oubli! c'est l'onde où tout se noie;
C'est la mer sombre où l'on jette sa joie.



Victor Hugo!
_________________
نحن قوم اعزنا الله بالاسلام فاذا ابتغينا العزة بغيره اذلنا الله


Back to top

sérine21 Reply with quote


Offline

Joined: 14 Mar 2009
Posts: 14,947
Localisation: ALGERIE
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 42,263
Moyenne de points: 2.83

PostPosted: Sat 21 Mar - 09:21 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
MERCI CHAHID , tu me gaves de Victor Hugo
_________________


Back to top
Skype

CHAHID Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 6,600
Point(s): 12,072
Moyenne de points: 1.83

PostPosted: Sun 22 Mar - 07:54 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
La Mort du Loup
Les Destinées - Alfred de Vigny

I
Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l'incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l'horizon.
Nous marchions sans parler, dans l'humide gazon,
Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes,
Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes,
Nous avons aperçus les grands ongles marqués
Par les loups voyageurs que nous avions traqués.
Nous avons écouté, retenant notre haleine
Et le pas suspendu. -- Ni le bois, ni la plaine
Ne poussait un soupir dans les airs; Seulement
La girouette en deuil criait au firmament;
Car le vent élevé bien au dessus des terres,
N'effleurait de ses pieds que les tours solitaires,
Et les chênes d'en-bas, contre les rocs penchés,
Sur leurs coudes semblaient endormis et couchés.
Rien ne bruissait donc, lorsque baissant la tête,
Le plus vieux des chasseurs qui s'étaient mis en quête
A regardé le sable en s'y couchant; Bientôt,
Lui que jamais ici on ne vit en défaut,
A déclaré tout bas que ces marques récentes
Annonçait la démarche et les griffes puissantes
De deux grands loups-cerviers et de deux louveteaux.
Nous avons tous alors préparé nos couteaux,
Et, cachant nos fusils et leurs lueurs trop blanches,
Nous allions pas à pas en écartant les branches.
Trois s'arrêtent, et moi, cherchant ce qu'ils voyaient,
J'aperçois tout à coup deux yeux qui flamboyaient,
Et je vois au delà quatre formes légères
Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,
Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
Quand le maître revient, les lévriers joyeux.
Leur forme était semblable et semblable la danse;
Mais les enfants du loup se jouaient en silence,
Sachant bien qu'à deux pas, ne dormant qu'à demi,
Se couche dans ses murs l'homme, leur ennemi.
Le père était debout, et plus loin, contre un arbre,
Sa louve reposait comme celle de marbre
Qu'adorait les romains, et dont les flancs velus
Couvaient les demi-dieux Rémus et Romulus.
Le Loup vient et s'assied, les deux jambes dressées,
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
Il s'est jugé perdu, puisqu'il était surpris,
Sa retraite coupée et tous ses chemins pris,
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
Du chien le plus hardi la gorge pantelante,
Et n'a pas desserré ses mâchoires de fer,
Malgré nos coups de feu, qui traversaient sa chair,
Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
Jusqu'au dernier moment où le chien étranglé,
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu'à la garde,
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang;
Nos fusils l'entouraient en sinistre croissant.
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
Et, sans daigner savoir comment il a péri,
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.
II
J'ai reposé mon front sur mon fusil sans poudre,
Me prenant à penser, et n'est pu me résoudre
A poursuivre sa Louve et ses fils qui, tous trois,
Avaient voulu l'attendre, et, comme je le crois,
Sans ses deux louveteaux, la belle et sombre veuve
Ne l'eut pas laissé seul subir la grande épreuve;
Mais son devoir était de les sauver, afin
De pouvoir leur apprendre à bien souffrir la faim,
A ne jamais entrer dans le pacte des villes,
Que l'homme a fait avec les animaux serviles
Qui chassent devant lui, pour avoir le coucher,
Les premiers possesseurs du bois et du rocher.
III
Hélas! ai-je pensé, malgré ce grand nom d'Hommes,
Que j'ai honte de nous , débiles que nous sommes!
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C'est vous qui le savez sublimes animaux.
A voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse,
Seul le silence est grand; tout le reste est faiblesse.
--Ah! je t'ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m'est allé jusqu'au coeur.
Il disait: " Si tu peux, fais que ton âme arrive,
A force de rester studieuse et pensive,
Jusqu'à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j'ai tout d'abord monté.
Gémir, pleurer prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t'appeler,
Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler
."[/size][/size]
[/font]
_________________
نحن قوم اعزنا الله بالاسلام فاذا ابتغينا العزة بغيره اذلنا الله


Back to top

sérine21 Reply with quote


Offline

Joined: 14 Mar 2009
Posts: 14,947
Localisation: ALGERIE
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 42,263
Moyenne de points: 2.83

PostPosted: Sun 22 Mar - 15:04 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
Alfred Victor, comte de Vigny est un écrivain, dramaturge et poète français né le 27 mars 1797 à Loches, Indre-et-Loire, et mort à Paris le 17 septembre 1863.

Figure du romantisme, contemporain de Victor Hugo et de Lamartine – il fréquente le Cénacle – il écrit parallèlement à une carrière militaire entamée en 1814 et publie ses premiers poèmes en 1822. Avec la publication de Cinq-Mars en 1826, il contribue au développement du roman historique français. Ses traductions versifiées de Shakespeare s'inscrivent dans le drame romantique, de même que sa pièce Chatterton (1835). Son œuvre se caractérise par un pessimisme fondamental, et une vision désenchantée de la société. Il développe à plusieurs reprises le thème du paria, incarné par le poète, le prophète, le noble, Satan et le soldat. Sa poésie est empreinte d’un stoïcisme hautain, qui s’exprime en vers denses et dépouillés, souvent riches en symboles, annonçant la modernité poétique de Baudelaire, Verlaine et Mallarmé.

Alfred de Vigny naît à la fin du XVIIIe siècle, au sein d’une famille issue de la vieille noblesse militaire. Après une vie de garnison monotone, où il passe quinze ans dans l'armée sans combattre, il fréquente les milieux littéraires parisiens et notamment le cénacle romantique de Victor Hugo. De 1822 à 1838, il écrit des poèmes, (Poèmes antiques et modernes), des romans, (Cinq-Mars, Stello), des drames (La Maréchale d’Ancre, Chatterton) et des nouvelles, (Servitude et grandeur militaires) qui lui apportent la célébrité. Après une rupture sentimentale avec Marie Dorval et la mort de sa mère, Alfred de Vigny se retire au Maine-Giraud, son domaine situé en Charente. Il goûte la solitude et veille auprès de sa femme malade et constamment alitée. De retour à Paris, il se mêle de nouveau à la vie politique et littéraire. Il parvient en 1845 à se faire élire, à la cinquième tentative, à l'Académie française. En revanche il échoue à accéder à la députation de Charente en 1848.

S’ensuivent vingt-cinq années durant lesquelles il vit presque reclus, dans sa tour d’ivoire du Maine-Giraud, avec Mme de Vigny pour seule compagnie, venant rarement à Paris. Il écrit peu, médite et lit beaucoup. Il décède d’un cancer de l’estomac, après une lente agonie qu’il supporte avec patience et stoïcisme. Son recueil posthume Les Destinées est publié en 1864. Son Journal est révélé en 1867.
_________________


Back to top
Skype

CHAHID Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 6,600
Point(s): 12,072
Moyenne de points: 1.83

PostPosted: Mon 23 Mar - 07:49 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
Bonjour tout le monde!
Aujourd'hui c'est le tour d'Alfred de Musset !

Tristesse
J'ai perdu ma force et ma vie,
Et mes amis et ma gaieté;
J'ai perdu jusqu'à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.

Quand j'ai connu la vérité,
J'ai cru que c'était une amie;
Quand je l'ai comprise et sentie,
J'en étais déjà dégoûté.

Et pourtant elle est éternelle,
Et ceux qui se sont passés d'elle
Ici-bas ont tout ignoré.

Dieu parle, il faut qu'on lui réponde.
Le seul bien qui me reste au monde
Est d'avoir quelques fois pleuré.

_________________
نحن قوم اعزنا الله بالاسلام فاذا ابتغينا العزة بغيره اذلنا الله


Back to top

CHAHID Reply with quote


Offline

Joined: 16 Mar 2009
Posts: 6,600
Point(s): 12,072
Moyenne de points: 1.83

PostPosted: Tue 24 Mar - 00:10 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
Confrontations

Ô cadavres, parlez ! quels sont vos assassins
Quelles mains ont plongé ces stylets dans vos seins ?
Toi d'abord, que je vois dans cette ombre apparaître,
Ton nom? - Religion. - Ton meurtrier? - Le prêtre.
- Vous, vos noms ? - Probité, pudeur, raison, vertu.
- Et qui vous égorgea ? - L'église. - Toi, qu'es-tu ?
- Je suis la foi publique. - Et qui t'a poignardée ?
- Le serment. - Toi, qui dors de ton sang inondée ?
- Mon nom était justice. - Et quel est ton bourreau ?
- Le juge. - Et toi, géant, sans glaive en ton fourreau ?
Et dont la boue éteint l'auréole enflammée ?
- Je m'appelle Austerlitz. - Qui t'a tué ? - L'armée.


Victor Hugo!
_________________
نحن قوم اعزنا الله بالاسلام فاذا ابتغينا العزة بغيره اذلنا الله


Back to top

sérine21 Reply with quote


Offline

Joined: 14 Mar 2009
Posts: 14,947
Localisation: ALGERIE
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 42,263
Moyenne de points: 2.83

PostPosted: Wed 25 Mar - 13:03 (2009)    Post subject: Poème du jour!
 
CHAHID OU ES- TU AUJOURD'HUI ???

TON POEME TARDE A VENIR
_________________


Back to top
Skype
Post new topic   Reply to topic    bladi.Algéria1962 Forum Index -> Art, Histoire et Cultures -> Poésie
Goto page: 1, 2, 3104, 105, 106  >
Page 1 of 106

Choose Display Order
Display posts from previous:   
User Permissions

 
Jump to:  

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Skin Created by: Sigma12
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group